Histoire des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle en Ontario

Le Centre régional de la Huronie est le seul établissement qui a son propre cimetière pour les résidents qui y décèdent.

Avant 1958, les pierres tombales ne comportent que les numéros d’enregistrement des pensionnaires. C’était une façon de protéger leur vie privée et celle de leur famille. En tout, 377 des pierres tombales du cimetière portent un numéro d’enregistrement comme seule inscription.

En 1953, on ajoute une nouvelle section au cimetière. À compter de 1958, toutes les pierres tombales portent le nom des pensionnaires, ainsi que l’année de leur naissance et de leur décès. Ces détails figurent au total sur 179 des pierres tombales du cimetière.

La dernière inhumation dans l’établissement a lieu en 1971. Après cette date, tous les pensionnaires qui y décèdent sont enterrés dans les cimetières municipaux selon les souhaits de leur famille.

En 2014, par suite du règlement conclu dans le cadre du recours collectif de la Huronie, le ministère crée un registre du cimetière, où figure le nom de chacune des 1 379 personnes inhumées dans le cimetière.


 

Pour en savoir plus