Ce lien vous conduira à la vidéo : Une main-d’œuvre diversifiée, c’est bon pour les affaires

Transcription

Dans un petit bâtiment jaune au milieu d’un champ, des gens du canton de Hilliard demandent de l’aide à Joel Carleton sur n’importe quoi, des paiements d’impôts aux permis de construire.

Sa chef Janet Gore et lui-même connaissent presque chacune des personnes qui franchissent la porte de ce bureau de la municipalité.

Mais ce bâtiment jaune est encore plus exceptionnel. Il a aidé Joel, qui a un handicap, à trouver l’autonomie.

Après une lésion de la moelle épinière au début des années quatre-vingt-dix, Joel savait qu’il devait terminer ses études et faire partie de la population active. Il s’est inscrit au Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH), un programme de soutien du revenu du ministère des Services sociaux et communautaires qui pouvait lui fournir les ressources dont il avait besoin pour réaliser son objectif.

Joel a terminé ses études et commencé à faire du bénévolat au bureau municipal de Hilliard en 2000. Cela devint bientôt un travail rémunéré. Joel s’est épanoui et a prouvé qu’il était un atout indispensable pour sa chef Janet.

« J’ai travaillé ici pendant plus de 23 ans, et Joel m’enseigne chaque jour quelque chose de nouveau, a dit Janet. Il apprend vite et il est un atout pour ce bureau et cette collectivité. »

Joel est la preuve vivante de l’engagement du ministère à soutenir les personnes handicapées pour qu’elles entrent dans la population active ou y reviennent. Nous travaillons fort pour aider les gens à faire la transition vers l’emploi – et cela fonctionne. Avec l’aide du POSPH, les personnes handicapées réalisent leurs objectifs.

« Au cours des cinq ou six dernières années, on a apporté beaucoup d’améliorations au programme, et il est plus facile de voir les avantages qu’il y a à travailler, nous a dit Joel. Les modifications apportées à mon poste de travail sont les mécanismes de soutien qui m’ont le plus aidé; cela me permet de me déplacer plus facilement. »

Le récit de Joel est tout simplement une raison de plus pour laquelle nous sommes résolus à conscientiser les gens, à influer sur les attitudes et à changer les comportements. Nous croyons comprendre qu’une main-d’œuvre qualifiée qui reflète la diversité de la collectivité, est bonne pour toute entreprise ou toute organisation.

« Quand on est capable de travailler, on a beaucoup plus d’autonomie. On a le sentiment d’avoir accompli quelque chose à la fin de la journée, nous a dit Joel. J’ai dû changer de mode de vie, et c’est normal maintenant. Il y a des jours où je ne pense même pas à mon handicap. »

Et il est clair que cette collectivité très unie ne pense pas non plus au handicap de Joel. Quand les gens s’arrêtent au petit bâtiment jaune, ils savent que l’on répondra à leurs besoins. C’est l’aptitude de Joel à les aider qui les fait revenir.