Lien : OW Noor

Transcription

Noor Hamadeh-Elkhayat est représentante du service à la clientèle à la Banque Royale du Canada et a bien l'intention de grimper les échelons. Il y a un peu moins d'une année, Noor était sans emploi et risquait de perdre son appartement. Après avoir passé plusieurs mois à chercher un emploi, à envoyer des centaines de curriculum vitæ sans recevoir un appel en retour, Noor s'est trouvée dans une situation désespérée.

« Face à des dettes croissantes et le risque bien réel de perdre mon logement, explique Noor, j'ai commencé à perdre tout espoir. Je ne savais pas quoi faire. »

Noor a alors été orientée vers le programme Ontario au travail par la ville de Toronto.

« Notre priorité numéro 1 était de régler sa situation financière », explique le chargé de cas d'Ontario au travail, Michael De Gale. Le programme Ontario au travail a offert à Noor de l'aide financière pour l'aider à payer son logement et sa nourriture, pour éviter qu'elle ne devienne sans-abri. Une fois l'urgence de sa situation financière résolue, ils ont ensemble mis au point un plan d'aide à l'emploi pour aider Noor à trouver un emploi.

Michael a travaillé avec Noor pour rédiger un curriculum vitæ et perfectionner ses aptitudes à subir une entrevue, il l'a inscrite à des ateliers sur les entrevues et à des entrevues fictives. Peu de temps après que Noor a appris à commercialiser ses aptitudes auprès des employeurs, elle a reçu une offre d'emploi de la BRC.

« Comme Noor a pu obtenir les soutiens dont elle avait besoin du programme Ontario au travail, souligne Michael, elle est maintenant bien loin de là où elle a commencé. »

Aujourd'hui, Noor est épanouie dans ses nouvelles fonctions à la BRC et envisage un excellent avenir pour elle à la banque.

« Pour moi, mon poste est un tremplin, affirme-t-elle. Ce n'est pas un simple emploi, c'est une voie de carrière. »

Noor attribue son succès actuel à l'aide qu'elle a reçue de la ville de Toronto et d'Ontario au travail.

« Ontario au travail m'a tendu la main, précise-t-elle. Je pense que le programme nous aide à croire en nous-mêmes, à commercialiser nos compétences et en bout de compte, à atteindre notre objectif. »