icône vidéo

Transcription

Robert Pio Hajjar est né le 3 décembre, date de la Journée internationale des personnes handicapées. Cette date a une importance toute particulière pour Robert, car il est né avec le syndrome de Down.

À 35 ans, Robert a déjà une vie bien plus remplie que la plupart des gens, en dépit des prédictions des médecins qui pensaient qu'il ne pourrait ni marcher ni parler. Et pourtant, il marche et il parle.

En tant que fondateur d'Ideal-Way, une œuvre de bienfaisance qui sensibilise la population à la situation des personnes ayant une déficience intellectuelle, Robert est le porte-parole de ses pairs.

« Je diffuse un message très important pour les personnes handicapées, explique-t-il. Nous sommes comme vous. »

Robert a créé l'œuvre de bienfaisance il y a plus de dix ans en utilisant toutes ses économies, 62,05 $. Cet argent se trouve maintenant sous un cadre pour lui rappeler le chemin qu'il a parcouru. Robert fait régulièrement des exposés dans toute l'Amérique du Nord, devant des parterres d'élèves de l'élémentaire et du secondaire, des étudiants de collèges et universités, et dans le cadre d'activités d'entreprise. Il est très demandé et on comprend facilement pourquoi.

Devant sa forte personnalité et son dynamisme, les gens sont naturellement attirés par Robert et son histoire. Les larmes coulent généralement parmi les participants lorsque Robert explique comment les médecins ont recommandé à ses parents de le placer quelque part et de l'oublier.

« Ils ont affirmé que je ne pourrai pas faire ce que font les autres enfants. Ils ont dressé une image très triste de ma vie et de mon avenir. »

Pourtant, la vie de Robert est tout sauf triste. Il en remercie son extraordinaire famille, ses amis et la collectivité qui l'ont soutenu, inclus et cru en lui depuis le début.

« Je prenais un peu plus de temps à faire les choses, précise-t-il, mais chaque étape était une victoire pour moi et ceux qui m'entouraient. »

Robert a appris à nager lorsqu'il était jeune, allant jusqu'à battre un record paralympique en nage libre lorsqu'il était adolescent. Il continue à nager tous les jours au centre local Canada Games Aquatic Centre, où pratiquement tout le monde le connaît.

« Nous avons eu une compétition de natation au centre aquatique ce mois et j'étais très rapide, se vante-t-il fièrement. J'ai dit à un de mes entraîneurs que je ne quitterai les lieux que si je gagne la première place. Et je l'ai eue. »

Robert joue aussi régulièrement au bowling avec des amis à Fleetway Bowling, où il est connu pour son esprit compétitif et les plusieurs abats par jeu qu'il remporte, lorsqu'il n'est pas occupé à exercer ses pas de danse.

« Chaque fois qu'ils mettent de la musique, je ne peux pas m'empêcher de danser le boogie, explique-t-il. Et après, tout va bien, je saisis la balle et je la lance. »

La nature positive de Robert l'a aidé à surmonter de nombreuses difficultés au fil des années et il ne se prend pas trop au sérieux. Il dit souvent aux gens que s'il peut faire quelque chose, ils le peuvent aussi. Avec tout ce qu'il a accompli, ce message a un sens.

« Je suis très fier de qui je suis, affirme-t-il. C'est l'un des points que je mentionne toujours dans mes discours. Regardez-moi d'abord, et ensuite mon handicap. Ou moi seulement. »

Pour ceux qui ont choisi de ne voir que Robert, la personne, les avantages sont évidents. Ils ont gagné un ami fidèle, vif, drôle et capable, et surtout ils ont compris l'importance de l'inclusion.

« Être l'ami d'une personne comme moi est une expérience qui change la vie, déclare Robert. Les gens comme moi enrichissent leurs amis. Nous les aidons à devenir meilleurs, à se découvrir. »