icône vidéo

Transcription

Le Centre Victoria pour femmes de Sudbury (CVF) fournit un appui transitoire aux femmes francophones victimes de violence du nord de l’Ontario. Ayant des satellites à Wawa, Elliot Lake, Algoma et Sault-Ste-Marie, le centre offre plusieurs services ainsi qu’une ligne téléphonique d’urgence en français. Voici son histoire.

Le CVF fut incorporé en 1995 alors qu’il recevait des subventions du ministère du Procureur général pour livrer des services aux femmes souffrant d’abus sexuels ainsi que pour établir une ligne téléphonique d’urgence à l’aide de bénévoles.

En 2003, le gouvernement de l’Ontario désirant améliorer l’accès aux services de crise pour les femmes francophones, le CVF reçoit alors un soutien financier du ministère des Services sociaux et communautaires (MSSC) pour élargir sa ligne téléphonique de crise, FEM-AIDE aux régions des codes régionaux 705 et 807. Quatre ans plus tard, en 2007, le Centre Victoria pour femmes recevait son certificat officiel de désignation en vertu de la Loi sur les services en français.

Avec Oasis Centre pour femmes de Toronto et Maison d’Amitié à Ottawa, le CVF est l’un des trois organismes bénéficiant de paiements de transfert du MSSC pour gérer la ligne téléphonique francophone de crise. Comme cette ligne est le point d’entrée aux services offerts par le Centre Victoria pour femmes et par d’autres agences communautaires, elle est accessible sans frais à travers l’Ontario 24 heures sur 24, en composant le 1 877 336-2433, (ATS 1 866 860-7082). Le CVF a géré à lui seul plus de 3 134 appels au cours de l’année 2008-2009.

Le centre n’est pas un refuge mais un organisme qui offre un appui transitoire aux femmes francophones aux prises avec la violence familiale et l’abus sexuel. On y fait de l’intervention de crise, on offre du counselling en personne et par téléphone, des ateliers tels que l’auto-défense, la gestion de la colère et l’art thérapie. Au besoin, on réfère la cliente à un centre d’hébergement dans sa région.

Dans le but de sensibiliser les femmes francophones et la population à la violence familiale et faire la promotion de ses services, le CVF publie de Vive Voix, un bulletin sur ses services et programmes, ses ressources et activités. Pour informer les jeunes femmes de leurs droits, le CVF rejoint les étudiantes francophones des collèges du nord de l’Ontario par le biais de pochettes promotionnelles.

Le centre soutient plusieurs femmes voulant mettre fin à la violence familiale. Une cliente du satellite de Sault-Ste-Marie raconte comment elle a pu obtenir les services d’urgence du CVF en appelant la ligne de crise, suite à une référence par un membre de sa famille. Cette femme avait subi des agressions sexuelles et psychologiques ainsi que des abus physiques dans son enfance. Au début elle pouvait à peine parler des sévices qu’elle avait vécus tellement les émotions et la douleur étaient intenses. Après plusieurs semaines de sessions de relaxation et de techniques de ‘grounding’ elle a finalement réussi à composer avec son passé. Cette femme a réussi à changer sa vie au point où elle envisage aujourd’hui une carrière dans le milieu académique.

Selon Gaëtane Pharand, comme le centre répond à divers types de violence, il n’est pas rare qu’on accueille des femmes aussi jeunes que 12 ans et aussi âgées que 75 ans, plusieurs de ces dernières ayant été victimes de violence familiale pendant la quasi totalité de leur vie adulte.

Elle ajoute qu’une femme subit en moyenne plus de 35 agressions avant de demander de l’aide. Briser le cycle de l’abus est une priorité pour nos gouvernements et nos collectivités. C’est avec cet objectif en tête que le Centre Victoria pour femmes porte le flambeau au nom de toutes les femmes francophones de l’Ontario.

Pour en savoir plus

Voyez comment les programmes et services du ministère aident les femmes et leurs enfants à échapper à la violence familiale.

À qui téléphoner si vous ou une personne que vous connaissez êtes victime de violence familiale?