Anna Dagenais : Mon nom est Anna Dagenais, et je suis intervenante de crise depuis 2005. Je travaille pour l’hôpital Montfort.

Je suis originaire de St-Hyacinthe.

Je suis partie parce que j’étais victime de violence conjugale. Je devais partir de la région.

Je n’avais aucune ressource : pas d’appartement, pas de meubles. J’avais ma fille Maude qui était avec moi.

Quand on est arrivées dans la région, on est allées rester dans un centre pour les femmes victime de violence conjugale.

J’ai commencé comme ça, ici, à Hawkesbury.

Il y avait aussi une autre sphère de moi : j’avais un problème de consommation.

Je consommais des drogues, de l’alcool, et quand je suis arrivée dans la région, ça faisait trois mois que j’avais cessé.

Mon optique étais « je ne dois pas consommer, et je veux rebâtir ma vie … mais comment? »

Julie Normand, Gestionnaire de cas, Ontario au travail, Bureau de L’Orignal : Anna est arrivée à nos bureaux, elle avait besoin d’aide, puis elle le disait ouvertement.

Anna : Je suis retournée aux études, je suis allée chercher un certificat en informatique pour compléter mon secondaire de l’Ontario.

Ils m’ont aussi aidé à un « community start-up » qu’on appel. Quand tu vis en maison d’hébergement, ça te prend un appartement!

Ça te prend des meubles. Donc ils m’ont donné des fonds pour que je puisse m’acheter des meubles et que je puisse me trouver un petit appartement.

Et je suis retournée à l’école pour adultes.

J’ai fait mes études en services correctionnels à la Cité Collégiale d’Ottawa.

C’est Ontario au travail qui a payé pour mes études.

Julie : Mon but ultime au travail c’est d’aider les gens à allé chercher ce qu’ils veulent. De les aider à sortir d’une situation difficile.

Je suis fière d’Anna. Elle a accomplie un chemin extraordinaire, et je suis sure qu’elle va continuer.

Anna : Tout ca combiné ensemble — en ayant des personnes positives autour de toi, des gens qui t’encourage : « vas-y, t’es capable! Tu peux faire ce que tu veux dans la vie. » - ça, ça n’a pas de prix.