Ashton a un léger handicap de développement. Il a trouvé un emploi chez Paddy Flaherty’s avec l'aide du Programme de soutien de l'emploi du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH).

Ashton Robinson : Mes tâches consistent maintenant à préparer les plats et les portions, par exemple, j'épluche les crevettes et je pane la fondue parmesan. Je suis content de mon travail et j'aime cuisiner.

Andrea Hands, Coordinatrice du Programme de transition à l'emploi, Community Living Sarnia-Lambton : Je travaille pour Community Living et nous offrons des services de soutien à l'emploi aux personnes ayant un handicap. Les mesures de soutien du Programme de soutien de l'emploi du POSPH nous permettent d'encadrer la recherche d'emploi, le maintien en poste ainsi que l'avancement en emploi de notre clientèle. Après en avoir longuement discuté avec Ashton, il a manifesté son intérêt pour le secteur de la restauration. Nous lui avons donc proposé un stage d'une semaine chez Paddy Flaherty’s.

Scott Dargie, Propriétaire, Paddy Flaherty’s : L'avantage du programme est que les participants ont des accompagnateurs et des accompagnatrices à l'emploi qui viennent travailler avec le stagiaire.

Lindsay Cole, Community Living Sarnia-Lambton : Andrea et moi avons été ses accompagnatrices à l'emploi. Nous avons donc travaillé à ses côtés et suivi la même courbe d'apprentissage. Nous étions donc en mesure de répondre à ses questions et de suggérer des modifications. En somme, notre rôle était de lui faciliter son intégration dans cet emploi.

Ashton : Tout le monde s'entend bien ici. On se joue parfois des tours et on blague. L'atmosphère de travail est très agréable.

Scott : Récemment, une de nos barmaids a retrouvé de vieux t-shirts qu'elle a réussi à persuader Ashton de revêtir après la journée de travail. Nous avons bien ri, car l'un de ces t-shirts avait rétréci, était rose et portait l'inscription Employé du mois. Blague à part, Ashton prend son travail à coeur. Jamais je n'ai à m'inquiéter s'il rentrera ou non. En fait, je pense qu'il ne s'est pas absenté une seule fois en deux ans. Même quand il n'est pas tout à fait dans son assiette, il est fidèle au poste. Il retrousse ses manches, se met au travail et s'acquitte de toutes les tâches qu'on lui confie.

Andrea : Nous avions fait la connaissance d'Ashton huit semaines avant de lui trouver un placement. Nous avions donc la certitude qu'il était capable de faire ce travail et qu'il serait un employé compétent, fiable et motivé. Le genre de candidats que les employeurs recherchent : de bons travailleurs sur qui ils peuvent compter, handicap ou pas.

Scott : Ashton tire toujours bien son épingle du jeu, même quand la cadence s'accélère. Quand on lui demande de s'occuper de quelque chose, il répond invariablement : « Pas de problème ». L'été, nous avons une terrasse de 200 places. C'est une des nombreuses raisons pour lesquelles il est encore avec nous. C'est notre homme de confiance de jour.

Pour en savoir plus

Au suject du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées