Communiquer

Lorne Coleman, président de Parents’ Auxiliary au Centre régional du Sud-Ouest (CRSO) : Une chance que les familles et les proches des pensionnaires ont eu la possibilité de choisir dans quel type de foyer leurs proches allaient vivre.

Diapositive : Le fils de Lorne a vécu au CRSO pendant 35 ans.

Craig : Ma chambre. Voyez, tout ça?

Mark Sivilia, spécialiste en multimédias, ministère des Services sociaux et communautaires : Et les médailles, c’est pourquoi?

Craig : Euh, toute l’équipe de quilles, la natation …

Lorne : Il y a eu des inquiétudes parmi les familles des pensionnaires. Mais je n’ai pas entendu une seule plainte de parents ou de proches dont les pensionnaires auraient été bouleversés par le fait qu’on les ait placés dans la collectivité.

Karin Dillabough, directrice des Communications, ministère des Services sociaux et communautaires : Alors, comment le noteriez-vous comme travailleur?

Brittany Walker, superviseur, Little Caesars Pizza à Essex : Euh, sur une échelle d’un à dix? Un 12! Certainement! Absolument!

Karin : Pourquoi ça?

Brittany : Parce qu’il rend les choses tellement amusantes.

Mike Sibiliani, propriétaire, Little Caesars Pizza Essex : Il travaille très fort. Il ne perd pas de temps. Il arrive à l’heure à sept heures et part à dix – trois heures par jour. Il ne s’arrête jamais. Il fait du bon travail chaque fois qu’il vient. Trois fois par semaine. Tu es le meilleur.

Craig : Ouais!

Madeleine Meilleur, ministre des Services sociaux et communautaires : Et grâce à la coopération et au travail des collectivités, des agences et des familles, près de 1 000 personnes qui vivaient auparavant dans ces établissements explorent maintenant d’autres possibilités, acquièrent de nouvelles compétences et habitent plus près de leur famille.

Pour en savoir plus

De la vie en établissement à l’integration communautaire : Histoire des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle en Ontario