Robert Pio Hajjar Fondateur, Ideal Way:

Je n'avais que deux ans lorsque les médecins ont recommandé à mes parents de me placer quelque part et de m'oublier. Ils ont affirmé que je ne pourrai pas faire ce que font les autres enfants. Ils ont dressé une image très triste de ma vie et de mon avenir.

Robert Pio Hajjar

Je suis atteint du syndrome de Down, mais je ne me suis jamais senti différent. Je suis toujours le même et le syndrome de Down ne me dérange pas du tout.

Je me lève, le vois le lever de soleil, je danse, je chante, j'accomplis beaucoup de choses extraordinaires.

Je vais nager au centre aquatique avec mon père. Ça donne de l'énergie. Je nage beaucoup.

J'ai battu un record en nage libre 25 mères : 16,9 secondes.

Nous avons eu une compétition de natation au centre aquatique ce mois et j'étais très rapide. J'ai dit à un de mes entraîneurs que je ne quitterai les lieux que si je gagne la première place. Et je l'ai eue.

C'était une expérience très excitante.

Je joue au bowling à Fleetway avec beaucoup d'amis. Chaque fois qu'ils mettent de la musique, je ne peux pas m'empêcher de danser le boogie. Et après, tout va bien, je saisis la balle et je la lance et j'abats 10 quilles.

J'adore le bowling parce qu'on s'amuse en famille. Nous jouons beaucoup.

J'adore la musique. Je vais au magasin HMV et je demande à ma tante de me laisser dans le magasin, parce qu'il est mon magasin préféré. J'adore y aller.

Le personnel est excellent. Je demande toujours à l'un des employés s'ils ont l'hymne national. Je l'adore. J'écoute Ô Canada chaque fois.

En 2006, j'ai discuté avec ma tante Addie de mon idée de créer une œuvre de bienfaisance pour aider les gens comme moi, les personnes handicapées, autistes ou ayant d'autres handicaps.

Mon premier don a été de 62,05 $. Mon premier don à Ideal Way.

J'adore la société que j'ai fondée. Je parle lors de conférences, partout en Amérique du Nord. J'ai parlé à des élèves de l'élémentaire et du secondaire, et à des étudiants de collèges et d'universités.

Je parle du fond du cœur.

Je vis depuis 35 ans avec le syndrome de Down. Je sais ce que c'est de vivre comme ça. Je peux vous assurer qu'être l'ami d'une personne comme moi est une expérience qui change la vie.

Les gens comme moi enrichissent leurs amis. Nous les aidons à devenir meilleurs, à se découvrir.

Je diffuse un message très important pour les personnes handicapées. Nous sommes comme vous. Vous devez comprendre ce que sont les capacités et la valeur.

Je suis très fier de qui je suis.

C'est l'un des points que je mentionne toujours dans mes discours. Regardez-moi d'abord, et ensuite mon handicap. Ou moi seulement.