Le 24 février 2017

Rapport de la ministre, après six mois, à l’ombudsman de l’Ontario à propos des situations de crise vécues par des adultes ayant une déficience intellectuelle

Le 24 août 2016, l’ombudsman de l’Ontario a publié son rapport et ses recommandations sur les situations de crise vécues par des adultes ayant une déficience intellectuelle. J’ai tout de suite pris l’engagement d’accepter toutes les recommandations et de faire rapport tous les six mois sur les progrès du ministère dans la mise en œuvre de ces recommandations.

Maintenant, six mois plus tard, je suis encouragée par tout ce que nous avons accompli jusqu’à présent sur la voie de la transformation des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle. Et surtout, ce que nous avons accompli pour améliorer concrètement la vie des personnes et des familles que nous desservons. Cependant, malgré ces progrès, il reste encore beaucoup à faire pour réaliser notre vision d’un système inclusif, individualisé et axé sur la personne, au service des personnes les plus vulnérables de la province.

De concert avec les particuliers, les familles et nos nombreux partenaires communautaires, nous ciblons de nouvelles solutions pour trouver des logements sécuritaires et abordables. Notre nouvelle campagne du programme Foyer partage, les projets de notre Groupe de travail sur le logement, notre stratégie pluriannuelle des services en établissement, les efforts de l’Intentional Community Consortium (ICC) et du Forum sur le logement que nous avons présidé en novembre, en partenariat avec le ministère du Logement, visent tous à trouver ou étendre des solutions de logement inclusif.

Notre objectif est d’assurer davantage de souplesse, de choix et d’inclusion dans les services aux personnes ayant une déficience intellectuelle que nous offrons. Nous facilitons l’accès aux prestations, grâce à un processus de demande simplifié. Par ailleurs, nous avons récemment annoncé l’élimination de la liste d’attente du programme Passeport de 2014 d’ici la fin du mois prochain, un an plus tôt que prévu, ce qui nous permet de fournir des fonds à 13 000 adultes additionnel ayant une déficience intellectuelle.

Nous avons également pris d’autres mesures en vue d’améliorer la sécurité et la sûreté des adultes ayant une déficience intellectuelle grâce au service de signalement Stop aux abus, qui propose une ligne téléphonique ouverte 24h/24, sept jours sur sept, et une adresse courriel pour signaler des cas de violence ou de négligence soupçonnés ou réels.

Nous poursuivons notre collaboration avec d’autres ministères du gouvernement, en particulier le ministère de la Santé et de Soins de longue durée, afin de trouver des solutions résidentielles à long terme, surtout pour les personnes qui ont des besoins urgents et complexes en matière de soins. Ensemble, nous élaborons des lignes directrices qui seront publiées au printemps. Ces lignes directrices aideront les adultes ayant une déficience intellectuelle qui demandent des soins de longue durée ou doivent passer à des services de soins de longue durée.

Nous avons mis au point le Developmental Disabilities Primary Care Program, un programme de soins primaires pour les personnes ayant une déficience intellectuelle, en partenariat avec Surrey Place. Ce programme vise à faciliter l’accès aux soins de santé primaires pour les personnes ayant une déficience intellectuelle. Finalement, nous sommes également en voie d’embaucher 40 nouveaux agents de soutien dans le contexte de la santé mentale qui seront affectés aux palais de justice. Ces agents de soutien seront chargés d’aider les personnes ayant une déficience intellectuelle ou un diagnostic double aux prises avec la loi, qui quittent le système de justice pour obtenir des services plus adaptés à leurs besoins.

Outre notre collaboration avec le ministère de la Santé et des Soins de longue durée, je continue de solliciter la coopération d’autres collègues du Conseil des ministres, dont les ministres des Services à l’enfance et à la jeunesse, de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, de l’Éducation et du Logement, ainsi que le procureur général, afin de chercher des moyens de collaborer à la prestation de soutiens pour les personnes ayant une déficience intellectuelle. Je me suis également entretenue avec d’autres collègues de gouvernements provinciaux au sujet des possibilités de collaboration entre nos gouvernements au service des personnes ayant une déficience intellectuelle et de leurs familles. Je me réjouis de continuer à travailler avec le gouvernement fédéral, en particulier dans le cadre de l’élaboration d’une nouvelle loi sur l’accessibilité et des consultations sur l’adhésion du Canada au Protocole facultatif se rapportant à la Convention relative aux droits des personnes handicapées des Nations Unies.

Nous sommes bien entendu encouragés par les progrès accomplis à ce jour avec nos partenaires, mais il reste encore du travail de base à faire pour réaliser des progrès dans les domaines de la recherche, de l’utilisation de la technologie et de la collecte de données, des consultations auprès du secteur et de l’augmentation ou de l’alignement des ressources, notamment. Nous observerons ainsi une coopération accrue avec les organismes de services, au sein du gouvernement et entre territoires de compétence.

Nous avons certainement progressé dans la mise en œuvre des recommandations de l’ombudsman, mais nous devons encore encourager le changement dans le secteur des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle. Nous avons bien avancé dans la recherche de solutions de logement, mais il reste encore un grand nombre de personnes ayant une déficience intellectuelle en Ontario qui vivent dans des milieux inadaptés. Nous devons travailler plus efficacement et en plus étroite collaboration avec nos partenaires afin de remplir notre promesse d’apporter des changements réels, car il existe encore bien trop de personnes ayant une déficience intellectuelle qui ne reçoivent pas les services et soutiens dont ils ont besoin. Cette situation est inacceptable.

Notre outil le plus précieux pour relever les défis qui nous attendent est les partenariats que nous avons forgés avec ceux qui partagent notre vision d’un système plus souple qui offre davantage de choix à ses clients et à leurs familles. Ces six derniers mois, et depuis mon entrée en fonction, j’ai parcouru la province de part en part et ai rencontré un nombre incalculable d’adultes prêts à témoigner, ainsi que des membres de familles de ces personnes et des partenaires de services qui nous aident à orienter notre approche. Après notre Forum sur le logement, en novembre, de nombreuses familles m’ont fait part de leur joie de participer au débat et d’aider à trouver des solutions de soutien pour leurs êtres chers, car elles savent qu’elles ont un rôle à jouer à cet égard.

J’ai rencontré des leaders et des activistes exceptionnels du secteur des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle, qui ont fait un travail extraordinaire en direction de notre objectif commun. Je les félicite de leur travail dans ce secteur. La transformation est une responsabilité commune, qui va au-delà du gouvernement. Nous devons travailler de concert pour implanter l’idée que les personnes qui vivent au sein de leur communauté peuvent vivre d’une façon plus indépendante et inclusive.

J’encourage les Ontariens et Ontariennes à visiter notre page Web sur la transformation du secteur des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle, pour se renseigner sur le ministère, les soutiens qu’il fournit et les activités en cours.

J’aimerais une fois de plus remercier l’ombudsman et son bureau d’avoir attiré l’attention sur les personnes les plus vulnérables de la province - les adultes ayant une déficience intellectuelle qui vivent une situation de crise. Je réitère mon engagement à collaborer avec l’ombudsman afin de renforcer nos efforts collectifs de transformation des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle dans tout l’Ontario.

Merci.

Original signé
L’honorable Dre Helena Jaczek
Ministre des Services sociaux et communautaires