Le 20 septembre 2017

En septembre 2017, l’Ontario amorce un dialogue avec les organismes de lutte contre la violence familiale et la violence fondée sur le sexe et des victimes de l’Ontario afin d’en apprendre davantage sur leur expérience et de leur donner l’occasion de s’exprimer sur nos services et nos mesures de soutien.

Ces séances de consultation permettront de rassembler un large éventail de partenaires communautaires, y compris des experts de la violence contre les femmes, qui discuteront des interventions concertées face à la violence fondée sur le sexe dans la province.

Les renseignements recueillis lors de ces consultations et ceux qui nous ont été transmis par le passé orienteront la planification du gouvernement concernant la mise à jour du Plan d’action contre la violence familiale et la création d’une stratégie de lutte contre la violence fondée sur le sexe.

Travaux récemment menés par l’Ontario pour régler les questions liées à la violence familiale et fondée sur le sexe

En 2004, la province a publié le Plan d’action contre la violence familiale, qui a permis de mettre en œuvre une approche collaborative pour :

  • offrir un meilleur soutien communautaire aux victimes, notamment des services de counseling améliorés et de meilleurs mécanismes d’appui transitoire et de soutien au logement;
  • soutenir la formation des travailleuses et travailleurs de première ligne et des professionnelles et professionnels de tous les secteurs;
  • mener une campagne de prévention et de sensibilisation du public afin de modifier les attitudes et de mobiliser les collectivités en vue d’enrayer la violence avant qu’elle ne se produise;
  • améliorer les systèmes de justice pénale et familiale afin de mieux protéger les femmes et leurs enfants et de tenir les auteurs de mauvais traitements responsables de leur comportement violent.

Il y a eu deux rapports d’étape sur le Plan d’action contre la violence familiale : l’un en 2007, et l’autre en 2012. La ministre des Services sociaux et communautaires a également formé un Conseil consultatif de lutte contre la violence familiale en 2007.

De plus, l’Ontario a continué d’afficher sa détermination à lutter contre la violence fondée sur le sexe en mettant en œuvre le Plan d’action pour mettre fin à la violence et au harcèlement sexuels en 2015, la Stratégie à long terme pour mettre fin à la violence faite aux femmes autochtones en 2016, et la Stratégie pour mettre fin à la traite des personnes en 2016.

Qu’est-ce que la violence fondée sur le sexe?

Il existe de nombreuses définitions de la violence fondée sur le sexe. Il peut s’agir de toute forme de violence fondée sur le sexe ou encore l’expression ou l’identité sexuelle d’une personne, qui vise à contrôler, à humilier ou à blesser l’autre. La violence fondée sur le sexe est un problème qui touche divers groupes, comme les femmes, les Autochtones, les lesbiennes, gais, bisexuels, transsexuels, allosexuels, bispirituels et intersexués (LGBTQI2S), les femmes ethnicisées, les personnes sans statut, les jeunes, les personnes handicapées et les personnes âgées.

Les séances de consultation de septembre permettront de préciser la définition adoptée par la province.

Faits en bref

  • La violence fondée sur le sexe entraîne des coûts économiques importants. Les coûts de la violence conjugale à l’endroit des Canadiennes sont estimés à 4,8 milliards de dollars par année.
  • D’après Statistique Canada, les femmes :
    • sont 11 fois plus susceptibles d’être victimes de violence sexuelle;
    • sont trois fois plus susceptibles d’être traquées;
    • sont presque quatre fois plus susceptibles d’être victimes de violence conjugale.
  • En 2014, 12,4 % des Ontariennes ont déclaré avoir été victimes de violence conjugale (actes commis par le conjoint ou petit ami) au cours des cinq années précédentes.
  • En 2016-2017, l’Ontario a investi 148 millions de dollars dans les services d’aide aux femmes fuyant des situations de violence.

Pour en savoir plus