Histoire des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle en Ontario

Pendant les premières années, les pensionnaires des institutions (ou établissements, comme on finit par les appeler) vivent et dorment dans de grandes salles communes. Les documents de 1920 indiquent que certaines d'entre elles pouvaient compter jusqu'à 50 pensionnaires qui dorment dans des lits disposés côte à côte en longues rangées. Les toilettes aussi sont communes.

Il y a des résidences distinctes pour les pensionnaires de chaque sexe qui se voient rarement, excepté pour l'école ou les sorties.

Les types d'hébergement commencent à changer dans les années 1970 et 1980, quand le gouvernement adopte la Loi sur les services aux personnes ayant une déficience intellectuelle en 1974. Cette mesure est suivie en 1987 par le plan de 25 ans que le gouvernement élabore pour fermer ses établissements et faire déménager les pensionnaires dans des placements dans la collectivité.

Pour aider les pensionnaires à se préparer à leur éventuel déménagement dans de nouveaux foyers dans la collectivité, les établissements procèdent à des changements. Ils divisent les grandes unités en appartements ou en unités plus petites qui ressemblent à des résidences d'étudiants afin d'héberger de plus petits groupes de gens. Par exemple, 12 personnes partagent une unité; quatre personnes partagent une chambre. Ces unités ont leurs parties communes, toilettes et salles à manger.

Parfois, on rénove des bâtiments indépendants sur le terrain d'un établissement pour les transformer en foyers de groupe de « transition » dans lesquels vit un petit groupe de pensionnaires.

 

Pour en savoir plus