Histoire des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle en Ontario

Archives des vidéo Vidéos

Photographie de cinq petits enfants dans une salle surpeuplée..
Photos

Notre récit commence au début du 19e siècle. Le placement en institution est admis dans la société en Amérique du Nord et dans toute l'Europe.

Il existe de nombreuses sortes d'institutions.

En Ontario, les toutes premières institutions - nombre d'entre elles sont construites avant la Confédé ration - sont des « workhouses » (hospices). Également appelé es asiles de pauvres ou asiles, ce sont des endroits où les indigents peuvent trouver refuge en é change de leur travail.

Il y a aussi des institutions pour les orphelins, les mères célibataires et les personnes âgées.

Les institutions pour les personnes ayant des problèmes de santé mentale sont appelé es asiles d'aliénés.

La deuxième moitié du 19e siècle voit la construction d'un nouveau type d'institution. Il s'agit d'établissements où l'on envoie vivre les gens qui ont toute une gamme de troubles du développement, y compris ceux qui ont une déficience intellectuelle. Ces institutions sont connues sous le nom d'asiles pour les idiots, pour les fous, les imbé ciles, les faibles d'esprit et les épileptiques.

Pourquoi l'Ontario commence-t-il à construire en 1876 des institutions tout spécialement pour les personnes ayant une déficience intellectuelle? Il y a plusieurs raisons.

D'abord, pendant une bonne partie du 19e siècle, les prisons servent souvent à héberger les démunis qui ont des déficiences mentales et intellectuelles. Il n'y a tout simplement pas d'autre endroit pour eux. Pour comprendre comment cela s'est passé, il nous faut revenir en 1791, quand le Parlement britannique adopte l'Acte constitutionnel.

Les conséquences de la Révolution industrielle sur la société constituent une autre raison.

Et le mouvement eugénique et la façon dont la société considère les personnes ayant une déficience intellectuelle constituent encore une autre raison.

 

Pour en savoir plus