Introduction

En 2004, le gouvernement de l’Ontario s’est engagé, dans le cadre du Plan d’action contre la violence familiale, à renforcer la coordination des services communautaires locaux et la collaboration entre les organismes du secteur dans le but de lutter contre la violence faite aux femmes (VFF). C’est dans ce contexte et pour appuyer le travail du secteur de la VFF que les comités de coordination des services communautaires d’aide aux victimes de violence familiale (COVIFA) ont été créés.

Le ministère des Services sociaux et communautaires (MSSC) accorde un financement annuel aux COVIFA dans le but de renforcer la prestation des services et des programmes locaux de lutte contre la VFF, par la coordination des services et la collaboration entre les réseaux. Les COVIFA sont tenus de présenter un rapport annuel sur les résultats de leurs projets.

Le présent rapport donne un aperçu des types de projets et d’initiatives qui ont été mis en œuvre par les 48 COVIFA de la province en 2014-2015.

Le sommaire des activités a été organisé par thèmes, en faisant ressortir quelques projets.

Contexte

Les COVIFA sont des comités intersectoriels (VFF, justice, santé, éducation, logement, établissement/immigration) qui travaillent à l’amélioration des services communautaires offerts aux victimes de violence familiale. Ils ont été créés pour renforcer les liens et les réseaux entre les fournisseurs de services et pour améliorer la coopération, la collaboration, la coordination et l’intégration entre les organismes.

Le travail des comités appuie l’objectif ultime du gouvernement voulant que toutes les femmes et tous les enfants de la province puissent vivre une vie saine et libre de violence, grâce à la création d’un réseau plus sensible et mieux intégré qui permettra d’accroître la sécurité et le bien-être des femmes ayant connu la violence et de leurs enfants.

Le MSSC accorde un financement annuel aux COVIFA pour les soutenir dans leur travail de coordination et leur capacité d’améliorer la réponse communautaire à la violence faite aux femmes comme suit :

  • en renforçant les partenariats et les liens communautaires (réseautage, collaboration accrue et échange d’information entre les réseaux de services locaux, afin d’améliorer l’accès aux services et la qualité des services);
  • par la prévention, l’éducation et la formation concernant la violence faite aux femmes et les ressources et services offerts dans la collectivité, et en améliorant la base de connaissances du réseau de services;
  • en promouvant l’innovation et la participation de multiples partenaires dans la planification et la prestation des services, dans l’objectif d’améliorer l’accès aux services et la qualité des services;
  • en élaborant des plans pour diminuer les lacunes dans l’offre de services.

Historique

La plupart des COVIFA étaient à l’origine des organismes autonomes créés à l’initiative de fournisseurs de services locaux qui reconnaissaient les avantages de travailler en collaboration pour améliorer les services offerts à la collectivité et faire en sorte qu’ils répondent aux besoins distinctifs de la population. Certains de ces comités existent depuis plus de 25 ans.

De 2002 à 2005, le ministère du Procureur général (MPG) a mis en œuvre son Programme de subventions pour la coordination des services communautaires d’aide aux victimes de violence familiale. Les COVIFA pouvaient présenter une demande dans le but d’obtenir une subvention d’un an ou de deux ans pour réaliser des projets visant à améliorer la coopération, la collaboration et la coordination entre les organismes. En 2005-2006, le ministère du Procureur général a cédé le financement et l’administration des COVIFA au ministère des Services sociaux et communautaires, qui a commencé en 2008-2009 à offrir un financement annuel aux COVIFA pour appuyer leur travail de coordination des services dans leurs collectivités.

Bien que le ministère parle de comités de coordination des services communautaires d’aide aux victimes de violence familiale quand il fait référence à ces comités, beaucoup d’entre eux préfèrent se désigner comme des « comités de coordination des services communautaires contre la violence faite aux femmes », car cette appellation correspond davantage à leur approche holistique en matière de lutte contre la VFF.

Financement

Avant que le MSSC propose de les financer, les COVIFA n’avaient jamais reçu de financement de base de la part d’un quelconque ordre de gouvernement. Le ministère accorde annuellement aux COVIFA une somme totale de 1,2 million de dollars pour soutenir leur travail de coordination et d’intégration globale des réseaux de services locaux. Une partie de ce financement de base vient du ministère du Procureur général, qui soutient lui aussi les COVIFA par l’entremise du Fonds de la justice pour les victimes (FJV).

Les organismes du secteur de la VFF financés par le MSSC (organismes responsables) qui sont membres des COVIFA ont la responsabilité de gérer les fonds et de présenter aux bureaux régionaux du MSSC un rapport sur les résultats de leurs projets et sur l’état de leur financement.

Bien que ce rapport ne porte que sur le financement de base annuel accordé par le MSSC, il importe de souligner que depuis 2009-2010 la Direction générale de la condition féminine de l’Ontario (DGCFO) a accordé aux COVIFA des subventions uniques totalisant 1,5 million de dollars pour la promotion de la campagne Voisin-es, ami-es et familles (campagne VAF) et des activités et projets visant à solliciter la participation des survivantes de violence faite aux femmes en vue d’améliorer les services locaux en matière de violence familiale. L’appel de propositions (p. ex. les projets axés sur la participation des survivantes) est administré par les bureaux régionaux du MSSC, et les propositions reçues sont ensuite examinées par la DGCFO et le MSSC. Toutefois, ce ne sont pas tous les COVIFA qui reçoivent du financement de la DGCFO.

Attentes du ministère

Le ministère a élaboré des lignes directrices qui définissent ses attentes (p. ex. membres, organisation, rapports, intention et mandat) et ont pour but d’appuyer les activités et les programmes des comités.

Comme il est indiqué dans les lignes directrices, les comités de coordination des services communautaires d’aide aux victimes de violence familiale doivent comprendre des représentants des secteurs suivants :

  • Le secteur de la violence faite aux femmes (p. ex. refuges, services de counseling et services familiaux, survivantes de violence familiale);
  • Le secteur de la justice (p. ex. services de police et services aux victimes, procureurs de la Couronne, juges); 
  • Un ou plusieurs représentants additionnels des secteurs suivants :
    • Santé
    • Logement
    • Services pour les Autochtones
    • Services de bien-être de l’enfance
    • Services en français
    • Services d’établissement/d’immigration
    • Autres réseaux de services sociaux
Les lignes directrices définissent également les attentes suivantes :
  • Les COVIFA doivent travailler à la promotion et à l’intégration d’un réseau de services qui répond aux besoins des femmes ayant subi de la violence et à leurs enfants; les COVIFA doivent être représentatifs de leur collectivité et comprendre des intervenants issus des communautés où les besoins sont élevés, comme les communautés autochtones et francophones.
  • Les COVIFA sont invités à faire connaître au MSSC toute activité ou initiative comportant du matériel promotionnel ou éducatif, un programme de formation, des protocoles et de la recherche interorganismes.
  • Le financement accordé doit servir à financer des projets liés à la violence familiale qui visent à améliorer la réponse communautaire aux besoins des victimes, en renforçant les liens et les réseaux entre les organismes communautaires et les fournisseurs de services existants.

Comme l’indiquent les lignes directrices, les COVIFA doivent avoir un cadre de référence établi.


Cette somme comprend les 200 000 $ engagés en 2014-2015.

Comprend l’adaptation francophone de la campagne,
Voisin-es, ami-es et familles (VAF), l’adaptation autochtone, Kanawayhitowin - Taking Care of Each Other’s Spirit et la campagne à l’intention des immigrants et des réfugiés. Ces campagnes visent à enseigner les signes qu’une femme est victime de violence et ce qui peut être fait pour l’aider.

Sommaire des rapports de fin d’année 2014-2015

Le présent rapport a pour but de fournir un aperçu des types de projets et d’initiatives mis en œuvre par les 48 COVIFA de la province, et ne présente pas, par conséquent, tous les projets entrepris par les comités.

SECTION 1 - Points saillants d’initiatives spécifiques

Projet d’évaluation du protocole :

Le Guelph-Wellington Action Committee on Sexual Assault and Domestic Violence, en partenariat avec l'Université de Guelph, a procédé à l'examen de son protocole de première intervention de 2010. Ce protocole définit les pratiques exemplaires à suivre pour ceux qui travaillent avec les personnes qui font appel aux services d’aide aux victimes d’agressions sexuelles et de violence familiale. L’évaluation portait sur l’efficacité du protocole, ainsi que sur ses avantages et ses inconvénients pour les organismes de Guelph-Wellington qui unissent leurs efforts pour offrir des services. Trente-trois entretiens en personne ont été menés avec des survivantes, tandis que les travailleurs de première ligne ont été consultés par l’entremise de sondages en ligne et de groupes de discussion.

Campagne We Want No More

La campagne We Want No More, qui a obtenu du financement de Condition féminine Canada, est un projet de 24 mois coordonné par Brant Response Against Violence Everywhere (BRAVE). Le projet a réussi à atteindre le groupe cible en amenant de jeunes hommes et des garçons à faire équipe avec des femmes et des filles dans le but d’acquérir et d’approfondir les connaissances et les habiletés qui contribuent à prévenir la violence sexiste à Brantford et dans le comté de Brant. Des jeunes du Grand Erie District School Board, de Repaires jeunesse du Canada, d’une équipe sportive locale et du Why Not Youth Centre ont participé à des discussions sur les stéréotypes de genre, la masculinité positive et les relations saines. Ce projet a permis au BRAVE de mieux comprendre les défis que comporte le travail auprès des jeunes de 12 à 25 ans dans le domaine de la VFF.

Into the Open

Into the Open est un projet de participation communautaire qui a été créé dans la région de Grey Bruce dans le but de mettre fin au silence qui entoure la violence sexuelle dans les collectivités rurales, de déterminer les enjeux locaux et de planifier des activités de prévention. Le COVIFA Violence Prevention Grey Bruce a organisé deux tables rondes qui ont donné lieu à des présentations, des discussions et des activités de planification. Soixante-quinze personnes y ont participé, y compris des jeunes, des gens des Premières Nations, des survivants (hommes et femmes), des fournisseurs de services, des groupes communautaires et des membres du public. Ces deux événements visaient principalement à parler de la violence sexuelle à Grey Bruce et à découvrir la forme que prend la violence sexuelle dans la collectivité rurale de Grey Bruce et comment il est possible de la prévenir. Des survivants masculins et féminins ont participé à la planification des tables rondes et aux présentations.

Projet de recherche sur les agressions sexuelles

Le COVIFA Naadmaagewin Aboriginal Domestic Violence a démarré un projet de recherche sur les agressions sexuelles afin d’améliorer les services offerts aux Autochtones qui ont été victimes de violence sexuelle. Le projet a pour objectif de déterminer les besoins en matière de services et de traitements ainsi que les obstacles qui nuisent à la prestation des services et des traitements et les solutions pour les faire disparaître. Les données recueillies par l’entremise de six cercles de la parole et des entretiens individuels permettront de déterminer quels sont les obstacles à la prestation des services ou des traitements, et quels sont les services qui manquent dans la collectivité.

évaluation de la prévention de la violence chez les jeunes de Kingston, mai 2015

Le Kingston Frontenac Anti-Violence Coordinating Committee a commandé une évaluation de la communauté et un rapport sur la violence sexuelle parmi les jeunes. Le projet a pour objectifs de mieux cerner les jeunes susceptibles de commettre un acte de violence sexuelle dans la grande région de Kingston, et d’élaborer des mesures d’intervention et de soutien appropriées et pertinentes pour ces jeunes.

SECTION 2 - Sommaire des initiatives mises en œuvre par les COVIFA

Initiatives liées à la VFF

Douze COVIFA ont fait un rapport sur des initiatives liées à la VFF. Voici un aperçu de certaines de ces initiatives :

  • Faire 30 recommandations à des organismes communautaires pour des femmes ayant demandé de l’aide en 2014.
  • Distribuer 2 000 brochures sur la planification de la sécurité à des organismes communautaires partenaires en 2014.
  • Acheter des stylos bannières comprenant de l’information sur la planification de la sécurité, à distribuer aux survivantes de violence familiale.
  • Fournir des services de garde et de transport pour permettre à des survivantes de participer au comité consultatif des survivantes d’un COVIFA. Le comité a cerné les tendances et les enjeux locaux, a reçu de la formation et a mis sur pied un bureau de conférencières survivantes.
  • Faire équipe avec un hôpital local pour ajouter à son protocole Routine Universal Comprehensive Screening (RUCS) trois questions sur la violence familiale à poser à tous les patientes admises à l’hôpital (services d’urgence et de psychiatrie). Ces questions visent à détecter les cas d’abus, et une procédure a été mise au point et plus de 45 personnes ont suivi une formation sur ce qu’il faut faire lorsqu’un cas d’abus est découvert.
  • Organiser la remise des prix John Robinson, une cérémonie prestigieuse qui célèbre des personnes ayant contribué de façon extraordinaire à mettre fin à la violence faite aux femmes.
  • Aider des survivantes à défrayer les coûts de transport pour participer à des programmes ou des services de counseling sur la VFF.
  • Travailler à la création de partenariats avec différents groupes et organismes afin d’inciter les hommes à s’engager dans la lutte contre la violence familiale.
  • Installer un flambeau à l’extérieur d’un refuge pour femmes qui sera allumé la nuit chaque fois qu’une femme succombera à la violence familiale en Ontario.

Initiatives de sensibilisation du public et de développement de ressources pour les organismes :

Trente-sept COVIFA ont fait un rapport sur des initiatives visant à sensibiliser le public et à développer des ressources pour les organismes. Voici un aperçu de certaines de ces initiatives :

  • Revoir la conception d’un site Web afin de le rendre adaptatif.
  • Lancer un « centre des médias » pour en faire un outil de sensibilisation du public pour les journalistes et améliorer la couverture sur la violence faite aux femmes.
  • Diffuser des communiqués de presse concernant les femmes assassinées afin de sensibiliser les membres de la collectivité à la nécessité de poursuivre le travail visant à éliminer la violence faite aux femmes.
  • Mettre à jour une carte-portefeuille indiquant les coordonnées des services d’aide aux victimes de violence familiale dans la localité, y compris celles de services d’urgence, de services d’assistance téléphonique et de services juridiques accessibles en tout temps. Le comité a distribué cette carte à ses membres, y compris aux services de police, de santé mentale, de santé publique, de counseling et de protection de l’enfance.
  • Acheter des articles promotionnels pour le COVIFA, y compris 100 sacs contenant des articles de sensibilisation à la sécurité.
  • Créer une ressource documentaire pour les fournisseurs de services s’appuyant sur les résultats d’une précédente initiative de participation des survivantes. Cette ressource leur fournira des idées de pratiques exemplaires concernant l’inclusion des survivantes, de l’information sur l’expérience client des survivantes, des suggestions d’approche pour faciliter la participation des survivantes fondées sur les commentaires émis par les survivantes et de l’information sur une façon d’échanger des idées avec les autres COVIFA.
  • Créer un nouveau document dans lequel les organismes trouveront toutes les ressources relatives à de « saines relations » offertes dans la collectivité.

Initiatives liées aux jeunes

Treize COVIFA ont fait un rapport sur des initiatives liées aux jeunes. Voici un aperçu de certaines de ces initiatives :

  • Créer un magazine pour les jeunes afin de leur communiquer une information mieux adaptée à leur âge et leur faire connaître les ressources et les programmes offerts par les COVIFA.
  • Créer un guide en français (Parlons-en) disponible en format numérique en ligne et en format PDF à télécharger à l’intention des parents et des tuteurs pour les aider à aborder les sujets de saines relations, du consentement et de la violence avec leurs adolescents.
  • Contribuer à l’élaboration d’un programme de mobilisation dans les médiaux sociaux s’adressant aux hommes et aux garçons, appelé « Je peux MANifester le changement ».
  • Organiser un déjeuner « Be the Change » animé par des jeunes, pour entamer le dialogue sur la violence faite aux femmes.
  • Organiser l’atelier « If You See It, Speak It » à l’intention de 272 élèves de dixième année, afin de les sensibiliser à la violence dans les fréquentations et à la violence faite aux femmes.
  • Organiser le 8e déjeuner annuel de la fête des Pères « Coaching Boys into Men », un événement visant à sensibiliser les jeunes hommes à l’équité entre les sexes, aux relations saines et à une masculinité positive.

Initiatives liées à des conférences et de la formation :

Quarante-deux COVIFA ont fait un rapport sur des initiatives liées à des conférences et/ou de la formation. Voici un aperçu de certaines de ces initiatives :

  • Créer et animer un atelier de deux jours pour 104 participants et les sensibiliser au problème de la violence basée sur l’honneur et à ses répercussions.
  • Tenir plusieurs journées de formation sur les soins en collaboration liés à la violence faite aux femmes et les sociétés de l’aide à l’enfance, pour environ 45 personnes à chaque séance.
  • Créer une nouvelle série d’activités d’apprentissage pour la communauté de la VFF et les fournisseurs de services, en appui aux femmes immigrantes et réfugiées qui ont subi de la violence.
  • Participer à des symposiums sur la violence faite aux femmes organisés par la collectivité.
  • Faire participer les membres du comité à une formation sur les hommes présentant un risque élevé de commettre des actes de violence conjugale.
  • Offrir une journée de formation sur l'usure de compassion à 130 participants provenant  de différents secteurs.
  • Tenir une conférence sur des sujets comme la cyberintimidation et les interventions sensibles aux traumatismes, à laquelle 200 personnes ont assisté.
  • Organiser une présentation de la Police provinciale de l’Ontario pendant une réunion du COVIFA. Cette présentation a permis aux membres de mieux comprendre les services offerts par la Police dans ses interventions auprès des femmes victimes de violence et de leurs enfants.
  • Offrir à 75 professionnels une journée de formation sur l’aide à apporter aux femmes victimes de violence familiale dans le processus judiciaire. Grâce à cette formation, les participants sont mieux en mesure de déterminer et de comprendre les obstacles dans les cas complexes de violence familiale et ils sont mieux informés pour accompagner les femmes dans le processus judiciaire.
  • Tenir une journée de « sensibilisation aux réalités culturelles » pour les membres du comité, en partenariat avec un groupe autochtone.
  • Tenir une conférence sur la technologie et la traite de personnes à l’intention des membres du comité.
  • Créer une présentation sur la considération des facteurs et principes Gladue dans la détermination de la peine des Autochtones dans les cas de VFF, en vue de l’assemblée régionale annuelle des juges de paix à Thunder Bay.
  • Tenir la quatrième Supporting Survivors by Supporting Staff Conference; 250 participants étaient inscrits et neuf ateliers ont été offerts en deux jours.

Initiatives liées à des services en français :

Onze COVIFA ont fait un rapport sur des initiatives liées à des services en français (SEF). Voici un aperçu de certaines de ces initiatives :

  • Collaborer avec d’autres organismes d’aide aux victimes de VFF financés par le MSSC pour créer une entente de référence aux services en français et une boîte à outils.
  • Rédiger une liste d’avocats francophones ou bilingues et la distribuer au réseau du COVIFA.
  • Créer tous les documents et toutes les campagnes en anglais et en français.
  • Recruter des organismes francophones pour qu’ils deviennent membres du COVIFA.
  • Contribuer à l’élaboration d’une boîte à outils francophone à l’intention d’un centre de ressources pour les mères et leurs enfants.

Initiatives de coordination et de recherche communautaire :

Vingt-deux COVIFA ont fait un rapport sur des initiatives de coordination ou de recherche communautaire. Voici un aperçu de certaines de ces initiatives :

  • Former un comité sur la « cooccurrence des problèmes » et réaliser un sondage pour établir une base de connaissances sur les liens entre les problèmes de santé mentale, de dépendance et de violence faite aux femmes.
  • Participer à une initiative de la police d’Ottawa visant à revoir ses interventions dans les cas de VFF, et contribuer à l’élaboration
  •  d’un audit communautaire sur le modèle de services policiers.
  • Participer à un projet de recherche et de développement communautaire dans la région du Sud-Ouest (No Wrong Door) afin d’étudier les liens entre la santé mentale, la toxicomanie et les mauvais traitements/traumatismes, et de trouver des stratégies qui permettront d’améliorer les interventions et de prévenir la revictimisation des hommes et des femmes présentant des problèmes multiples et complexes.
  • élaborer un questionnaire anonyme afin d’obtenir les commentaires des fournisseurs de services en violence familiale et ceux des femmes ayant subi la violence d’un partenaire concernant les services offerts par les organismes membres du COVIFA. Des questions précises étaient posées pour déterminer si les services offerts comprenaient une évaluation des risques et une planification de la sécurité. Les formulaires remplis ont fait l’objet de discussions parmi les membres et les résultats ont été communiqués à l’ensemble du COVIFA.
  • Coordonner le personnel aux fins du Programme d’appui transitoire et de soutien au logement (PATSL).

événements :

Vingt-six COVIFA ont fait un rapport sur des événements qu’ils ont planifiés ou auxquels ils ont participé. Voici un aperçu de certains de ces événements :

  • Participation à l’événement ou planification de l’événement :
  • Shine the Light - afin de sensibiliser la population à la violence faite aux femmes pendant le Mois de la prévention de la violence faite aux femmes;
  • Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes le 25 novembre;
  • In HER honour Shoe Memorial;
  • Vigile dans le cadre de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes le 6 décembre;
  • Vigile Sœurs par l’esprit;
  • Journée internationale de la femme;
  • One Billion Rising.

Initiatives liées à la révision ou l’élaboration de protocoles :

Seize COVIFA ont fait un rapport sur des initiatives liées à la révision ou l’élaboration de protocoles et dix-huit COVIFA ont fait un rapport sur la maintenance d’un protocole existant. Voici un aperçu de certaines de ces initiatives :

  • Examiner le protocole d’intervention communautaire coordonné pour déterminer si son application est uniforme et évaluer ses avantages.
  • Examiner le protocole d’intervention communautaire en cas d’agression sexuelle et de violence familiale.
  • Examiner le protocole de communication d’urgence avec les refuges pour femmes en cas de VFF.
  • Revoir l’entente de référence à des services en français en cas de VFF.

Activités liées à la gouvernance et l’administration des comités de coordination :

Quarante-deux COVIFA ont fait un rapport sur des activités de gouvernance et/ou d’administration. Voici un aperçu de certaines de ces activités :

  • Embaucher un coordonnateur pour le COVIFA, ou renouveler le contrat du coordonnateur existant, afin de faciliter tous les aspects du travail effectué par le COVIFA, y compris la coordination des rencontres de réseautage, les activités de sensibilisation du public et l’organisation des futurs ateliers.
  • Mettre à jour le manuel des membres du COVIFA.
  • Présenter des rapports financiers aux réunions mensuelles du COVIFA.
  • Déterminer le développement stratégique du COVIFA et ses principaux champs d’activité, y compris le recrutement de membres et l’apprentissage et le perfectionnement.
  • Donner l’accès à SurveyMonkey aux membres du COVIFA.
  • élaborer et mettre en œuvre une nouvelle infrastructure en créant de nouveaux comités en fonction d’un plan stratégique triennal.
  • Lancer un nouveau site Web conforme à la Loi sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario.
  • Coordonner une réunion de représentants de cinq COVIFA du Nord.
  • Soutenir les liens provinciaux, régionaux et locaux et la collaboration entre les COVIFA et leurs alliés en Ontario en participant au réseau des comités de coordination des services d’aide aux victimes de violence faite aux femmes « Building a Bigger Wave ».

Revoir et modifier le cadre de référence afin que les membres autochtones puissent se faire entendre et qu’ils aient la possibilité de cerner les besoins des communautés autochtones.

SECTION 3 - Sommaire de l’engagement des COVIFA dans le secteur de la violence à caractère sexuel

Statistique sur les centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel :

Nombre total de centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel financés par le ministère du Procureur général qui étaient membre d’un COVIFA en 2014-2015 - Environ 30

Sommaire des initiatives dans le secteur de la violence à caractère sexuel :
Douze COVIFA ont fait un rapport sur des initiatives dans le secteur de la violence à caractère sexuel. Voici un aperçu de certaines de ces initiatives :

  • Collaborer avec les centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel lors de la marche Take Back the Night, des événements qui se tiennent dans le cadre de la Journée internationale de la femme et du Mois de la sensibilisation à l’agression sexuelle en mai.
  • Tisser des liens avec les centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel qui ne sont pas membres en les incluant dans les activités du COVIFA liées à la violence à caractère sexuel.
  • Soutenir un hôpital local en créant une vidéo qui traite des interventions faites par les barmans et le personnel de sécurité.
  • Parrainer le camp de jour que les Services d’aide aux survivantes d’agression sexuelle (SASAS) organisent pendant le congé du mois de mars intitulé « I am an Emotional Creature », qui a pour but d’inspirer les filles à garder le contrôle de leur esprit, de leur corps, de leur cœur et de leur curiosité.
  • Former un sous-comité de prévention de la violence à caractère sexuel au COVIFA.
  • Organiser une campagne d’affichage dans laquelle des hommes de la région parlent de la violence à caractère sexuel.
  • Organiser une formation sur les agressions sexuelles pour la collectivité élargie.
  • Poster des exemplaires du répertoire des fournisseurs de services en VFF aux hôpitaux et aux organismes se trouvant hors zone, car les trousses de prélèvement en cas de viol ne sont pas disponibles dans tous les comtés et les survivantes doivent se déplacer pour subir des tests médicolégaux lorsque des accusations sont portées.
  • Embaucher un consultant pour repérer les jeunes présentant un risque de commettre des actes de violence à caractère sexuel et mettre au point des interventions et un soutien appropriés et pertinents pour ces jeunes.
  • Tenir une séance d’information en partenariat avec les services régionaux en VIH/sida à l’intention des fournisseurs de services qui travaillent avec des survivants masculins et féminins de violence à caractère sexuel.
  • Participer à un comité qui cherche des façons d’améliorer les services aux victimes d’agressions sexuelles à l’hôpital local.
  • Participer à un sous-comité permanent qui cherche des façons d’améliorer les services aux victimes de violence et de harcèlement à caractère sexuel à l’hôpital local.
  • Organiser une exposition d’art sous le thème « Imaginez un monde sans violence à caractère sexuel », afin d’inciter la collectivité à participer à un événement qui soutient les victimes et les survivants de violence à caractère sexuel et donne la parole à ceux qui veulent s’exprimer, tout en faisant connaître la cause.

SECTION 4 - Aller de l’avant

Le ministère des Services sociaux et communautaires a pris acte des recommandations énoncées dans le rapport de 2013 du vérificateur général de l’Ontario concernant les programmes et services d’aide aux victimes de violence faite aux femmes, y compris les COVIFA. Le vérificateur général a fait remarquer qu’il y avait un manque d’uniformité dans les rapports préparés par les 48 COVIFA de la province, y compris en ce qui a trait à leurs objectifs, leurs livrables et les résultats.

Pour corriger la situation, et afin de respecter son engagement à l’égard du Plan d’action pour mettre fin à la violence et au harcèlement sexuels, le ministère va élaborer des lignes directrices et des mesures de la performance à l’intention des COVIFA, et revoir les exigences relatives aux rapports pour l’exercice 2016-2017.

Toujours dans le respect de son engagement à l’égard du Plan, le ministère va également travailler à l’amélioration des COVIFA, en favorisant une augmentation de la représentation des intervenants du secteur de la violence à caractère sexuel à la table des COVIFA.

Pour parvenir à ses fins, le ministère va travailler en partenariat avec la Direction générale de la condition féminine de l’Ontario et le ministère du Procureur général, et il consultera le secteur.

Le ministère s’est engagé à mettre en place un solide réseau de soutien communautaire pour aider les femmes victimes de violence familiale, et son partenariat avec les COVIFA va permettre d’améliorer encore ce réseau afin que les femmes et leurs enfants puissent vivre sans craindre la violence.

Annexes

Annexe A : COVIDA financsés par le MSSC et organismes responsables en 2014-2015

Nom du COVIFA

Organisme responsable du paiement de transfert

Allocation budgétaire

Allocation annuelle

Région

équipe d’examen des cas de violence familiale de la région de Waterloo

Women’s Crisis Services of Waterloo Region

25 232

25 232

Centre

équipe d’examen des cas de violence familiale de Dufferin Caledon

Family Transition Place

25 737

25 737

Centre

Guelph Wellington Action Committee on Sexual Assault and Domestic Violence

Guelph-Wellington Women in Crisis

25 232

25 232

Centre

Halton Violence Prevention Council

Access Counselling & Family Services

25 232

25 232

Centre

Peel Committee Against Woman Abuse

Interim Place

32 232

25 232

Centre

Simcoe County Violence Against Women Coordinating Committee

Green Haven Shelter for Women

28 967

24 967

Centre

York Region Violence Against Women Coordinating Committee

Project Hostel
(Yellow Brick House)

29 966

24 966

Centre

Comité de coordination des services communautaires

d’aide aux victimes de violence familiale de Prescott-Russell

Valoris pour enfants et adultes de Prescott-Russell

29 814

24 814

Est

Comité Réseau d’Ottawa

 

Centre des ressources de l’Est d’Ottawa (Eastern Ottawa Resource Centre)

27 313

24 813

Est

EVA-Renfrew County (End Violence Against Women Renfrew County)

Renfrew County Youth Services également connu sous le nom de Phoenix Centre for Renfrew County Committee for Abused Women (RCCAW)

30 309

25 815

Est

Ottawa Coalition to End Violence Against Women

Services à la famille Ottawa

26 788

24 813

Est

Réseau d’action communautaire contre l’abus

Naomi’s Family Resource Centre (Winchester)

24 813

24 813

Est

Kawartha Lakes and Haliburton Domestic Violence Coordinating Committee

Maison Interval de Kingston

32 349

27 349

Est

Kingston Frontenac Anti-Violence Coordinating Committee

Women’s Resources of Kawartha Lakes

29 417

24 967

Est

Lanark County Sexual & Domestic Violence Advisory Committee

Lanark County Interval House

31 849

27 349

Est

Lennox and Addington Domestic Violence Community Coordinating Committee

Lennox and Addington Interval House

31 349

27 349

Est

Northumberland Domestic Abuse Monitoring Committee

Cornerstone Family Violence Prevention Centre

24 967

24 967

Est

Peterborough Domestic Abuse Network

Community Counselling Resource Centre

26 667

24 967

Est

Quinte Coordinating Committee Against Violence

Three Oaks Foundation

31 349

27 349

Est

Victim Issues Coordinating Committee of Leeds and Grenville

Brockville General Hospital

32 349

27 349

Est

Violence Prevention Coordinating Council of Durham

Sedna Women’s Shelter & Support Services Inc. (The Denise House)

29 966

24 966

Est

Algoma Council on Domestic Violence

Women In Crisis (Algoma) Inc.

29 517

24 517

Nord

Comité d’action interagence contre la violence familiale de Timmins

Centre Passerelle pour femmes

27 883

27 883

Nord

District of Parry Sound Domestic Violence Coordinating Committee

Conseil d’administration des services sociaux du district de Parry Sound

27 883

27 883

Nord

Domestic Violence Community Coordinating Committee of Nipissing

Maison de transition Nipissing

27 884

27 884

Nord

Coalition pour éliminer la violence faite aux femmes du Grand Sudbury

Le Centre Victoria pour femmes

29 517

27 884

Nord

COVIFA de Kenora Rainy River

First Step Women’s Shelter

5000

 

Nord

M’Nidoo Minissing Coalition Against Domestic Violence

Manitoulin Family Resources

29 517

24 517

Nord

équipe d’examen des cas de violence familiale de Muskoka

Muskoka Women’s Advocacy Group

29 517

28 510

Nord

Naadmaagewin Aboriginal Domestic Violence

Beendigen Incorporated

24 677

24 677

Nord

Réseau de violence familiale Cochrane Nord

Services de counseling de Hearst, Kapuskasing et Smooth Rock Falls

27 883

27 883

Nord

Coalition sur la violence conjugale du Temiskaming

Pavilion Women’s Centre

27 883

27 883

Nord

Thunder Bay and District Coordinating Committee to End Woman Abuse

Faye Peterson Transition House

24 517

24 517

Nord

Woman Abuse Council of Toronto

Family Services Toronto – VFF Crisis/Community Support

61 116

50 114

Toronto

Brant Response Against Violence Everywhere

 

Nova Vita Domestic Violence Prevention Services

31 182

26 182

Ouest

Chatham-Kent Community Coordinating Committee

Services aux victimes de Chatham-Kent

27 050

22 050

Ouest

Coalition To End Violence Against Women

Women’s Place of South Niagara Inc.

31 182

26 182

Ouest

équipe d’examen des cas de violence familiale d’Oxford

Ingamo Homes

26 050

22 050

Ouest

Domestic Violence Coordinating Committee Windsor-Essex

Hiatus House

27 045

22 050

Ouest

Elgin Alliance to End Violence

Violence Against Women Services Elgin County

26 350

22 050

Ouest

Haldimand & Norfolk Justice for Women Review Team

Haldimand & Norfolk Women’s Services

30 682

26 182

Ouest

équipe d’examen des cas de violence familiale de Huron

Women’s Shelter, Second Stage Housing and Counselling Services of Huron

27 050

22 050

Ouest

London Coordinating Committee to End Woman Abuse (LCCEWA)

Women’s Community House

27 050

22 050

Ouest

Middlesex Rural Alliance To End Violence Against Women

Women’s Rural Resource Centre Strathroy and Area

23 050

22 050

Ouest

Sarnia Lambton Coordinating Committee on Violence Against Women

Women’s Interval Home of Sarnia Lambton

27 050

22 050

Ouest

Stop Violence Against Women Coordinating Committee of Perth County

Family Services Perth-Huron

26 600

23 150

Ouest

Violence Prevention Grey Bruce

The Women’s Centre (Grey Bruce) Inc.

27 050

22 050

Ouest

Woman Abuse Working Group

Mission Services - Inasmuch House

31 182

26 182

Ouest

Annexe B : STATISTIQUES SUR LES COVIFA et sur la REPRéSENTATION DES SECTEURS

Nombre de membres et de réunions :


Nombre total de survivants et d’organismes membres ayant participé aux COVIFA en 2014-2015

Environ 1 228

Nombre total de réunions tenues par les COVIFA en 2014-2015
Remarque : Le nombre de réunions ne comprend pas celles des sous-comités.

Environ 338

Secteurs représentés dans les COVIFA :


Lutte contre la violence faite aux femmes

Santé (municipal et provincial)

Santé mentale

Formation

Immigration

Services d’accueil pour victimes et témoins

Services en français

Communauté GLBTQ

Procureurs de la Couronne

OAITH (Survivor Voices Inclusion Project)

Services multiculturels

Accès surveillé

Bien-être de l’enfance

Logement

VIH/sida

Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel

Probation et libération conditionnelle

Banques alimentaires

Emploi et services sociaux

Partner Assistance Response (PAR) Program

Dépendances

équipes de soins en violence conjugale

Santé mentale des enfants

Police provinciale de l’Ontario, police municipale, autres services de police

Refuges et services de soutien

Services et programmes de traduction

Ontario au travail

Groupes de soutien – Femmes atteintes du sida

Services aux personnes ayant une déficience intellectuelle

Groupes de soutien – Violence faite aux aînés

Ministères provinciaux

Aînés autochtones

Agent de liaison avec les Autochtones

Groupes d’entraide pour les femmes

Services aux Autochtones

Conseillers en VFF de pratique privée

Universitaires

Conseils économiques et sociaux municipaux

Militaires

Groupes de survivantes de VFF

Services de soutien à la nation métisse

Organismes de services à caractère religieux