Page précédente  |  Table des matières  |  Page suivante

 

Une nouvelle conception des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle

La plupart des personnes ayant une déficience intellectuelle vivent aujourd’hui au sein de la collectivité, dans des milieux divers, que ce soit au domicile de leur parents ou d’autres membres de leur famille, dans un foyer de groupe ou dans leur propre maison ou appartement, avec plus ou moins de soutien.

Il ne suffit toutefois pas toujours qu’une personne habite dans la collectivité pour que les autres membres de celle-ci l’acceptent ou la reconnaissent comme leur égale. C’est pourquoi le gouvernement doit appuyer les efforts déployés par les personnes ayant une déficience intellectuelle et leurs familles dans le sens d’une véritable intégration communautaire.

Afin d’aider les personnes ayant une déficience intellectuelle à s’épanouir pleinement et de promouvoir leur intégration communautaire, l’évolution des services à ces personnes en Ontario prend appui sur six principes sous-jacents :

  1. la citoyenneté à part entière — le soutien aux personnes ayant une déficience intellectuelle favorise l’autodétermination de celles-ci et leur participation à tous les aspects de la vie collective;
  2. l’équité — la prestation du soutien est équitable, de sorte que les personnes en situations similaires obtiennent une aide comparable partout dans la province;
  3. l’accessibilité et la transférabilité — la prestation d’une aide financière et d’autres formes de soutien dont une personne bénéficie est souple et personnalisée et lui reste acquise si elle déménage vers une autre collectivité;
  4. la sécurité et protection — les mécanismes de soutien sont conçues de manière à concilier une supervision suffisante des personnes ayant une déficience intellectuelle, en particulier les plus vulnérables, et le droit de celles-ci à l’autodétermination, au respect de la vie privée et à la confidentialité;
  5. la responsabilisation — la prestation des services et des mécanismes de soutien inclura des moyens de tenir les organismes qui l’assurent responsables envers leur clientèle et en vers le ministère de la qualité et de l’efficacité de ces services et mécanismes;
  6. la durabilité — l’aide financière et les autres formes de soutien fournies sont basées sur une évaluation des besoins à satisfaire et sur les ressources disponibles, dans le cadre d’un plan à long terme relatif au système de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle.

Pour réaliser ces objectifs, la stratégie retenue par le ministère en vue de la réorganisation envisagée se concentre sur les problèmes clés qui lui ont été signalés, allant des attitudes sociales qui empêchent les personnes ayant une déficience intellectuelle de se sentir pleinement acceptées au sein de la collectivité et de participer à la vie de celle-ci, à la nécessité d’assouplir les modalités d’aide financière aux personnes ayant une déficience intellectuelle et à leurs familles, afin qu’elles aient davantage de choix quant aux formes de soutien dont elles veulent se prévaloir et à la façon dont elles se les procurent.

Soucieux de ne pas faire fausse route avec cette réorganisation, le ministère cherche à recueillir vos idées et votre avis sur plusieurs sujets et orientations générales. Nous avons préparé une liste de questions portant sur la meilleure façon de concevoir et d’assurer le soutien aux personnes ayant une déficience intellectuelle et à leurs familles ou autres fournisseurs de soins dans les domaines suivants :

  • le soutien de l’inclusion dans la collectivité et de la mobilisation communautaire;
  • l’amélioration des services de relève des aidantes et aidants naturels;
  • la mise au point de solutions novatrices et créatives en matière d’habitation;
  • le soutien aux jeunes adultes à la fin de leur scolarité;
  • l’assistance aux adultes d’âge mûr souhaitant accéder à des services et mécanismes de soutien pour personnes âgées;
  • la création de services de soutien spécialisés pour les personnes qui en ont besoin;
  • la meilleure utilisation possible de la fiscalité, des dispositions testamentaires et des fiducies pour aider familles à planifier l’avenir de leurs proches ayant une déficience intellectuelle;
  • la promotion de services et de mécanismes de soutien de qualité.

Les sujets énumérés ci-dessus sont abordés plus en détail dans la section 1 du document de travail, Opportunités et Action : La réorganisation du soutien aux personnes ayant une déficience intellectuelle en Ontario.

Il ressort par ailleurs d’une vaste consultation des personnes ayant une déficience intellectuelle, de leurs familles, des organismes fournisseurs de services et de divers organismes provinciaux pertinents, de même que d’autres activités organisées au cours des dix-huit derniers mois, que la mise en place d’un système équitable, accessible et durable appelle plusieurs changements stratégiques dans différents domaines. La section 2 du document de travail esquisse les moyens par lesquels le ministère compte renouveler le système actuel de services et de mécanismes de soutien aux personnes ayant une déficience intellectuelle, et qui consisteront à :

  • financer l’élaboration de plans personnels définissant les buts particuliers d’une personne ainsi que les domaines dans lesquels elle peut avoir besoin de soutien, par exemple l’habitation, et mettre sur pied un réseau de planificateurs et de courtiers de services indépendants à l’intention des personnes qui désirent ce type d’aide;
  • clarifier qui est admissible aux services et mécanismes de soutien financés par le ministère, d’après les recommandations de spécialistes de la déficience intellectuelle qui serviront à établir des critères d’admissibilité justes et uniformes;
  • instaurer un processus de demande uniforme à l’échelle de la province permettant d’établir les points forts et les besoins de chaque personne ayant une déficience intellectuelle, de manière à ce que l’accès à l’aide financière et aux autres formes de soutien disponibles soit juste et équitable et que les personnes ayant des besoins similaires puissent bénéficier d’un soutien comparable, quel que soit leur lieu de résidence;
  • simplifier le processus, de sorte que les différentes formes de soutien soient accessibles à partir d’un point unique et qu’il soit ainsi plus facile pour les personnes ayant une déficience intellectuelle et leurs familles ou autres fournisseurs de soins de s’y retrouver dans le système et d’arriver à un plan de services et de mécanismes de soutien qui réponde à leurs besoins;
  • donner plus de choix aux personnes ayant une déficience intellectuelle et à leurs familles ou autres fournisseurs de soins quant à la manière dont les services et le soutien leur sont fournis en versant des fonds directement à ceux et celles qui souhaitent avoir un plus grand droit de regard sur cette prestation et sur les organismes ou personnes qui l’assurent.

Pour de plus amples renseignements sur le Plan de renouvellement des systèmes du ministère, reportez vous à la section 2 de document Opportunités et Action : La réorganisation du soutien aux personnes ayant une déficience intellectuelle en Ontario.