Transition entre les ateliers protégés et l’inclusion

En novembre 2015, la ministre des Services sociaux et communautaires a mis fin à l’admission de nouvelles personnes dans les ateliers protégés.

Nous travaillons, depuis, avec des intervenants du secteur des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle, afin de soutenir la transition visant à abandonner les ateliers protégés et d’autres programmes semblables pour des options plus inclusives, y compris des services de soutien à la participation communautaire et de recherche d’emploi soumis à la concurrence pour les personnes ayant une déficience intellectuelle.



Nouvelles et articles de fond

Lisez les plus récentes nouvelles concernant l’abandon des ateliers protégés en Ontario.

Spotlight Issue , June 2017

Dans le numéro de juin 2017 de Point de mire – La réorganisation :

– La province cherche à créer des emplois pour les personnes handicapées (page 1)
– Modifications proposées des lois sur l’emploi et le travail de l’Ontario (page 4)

Spotlight issue, May 2017

Dans le numéro de mai 2017 de Point de mire – La réorganisation :
– Des organismes d’intégration communautaire trouvent la voie du succès en offrant des programmes plus inclusifs, (page 4)

Spotlight issue, Octobre 2016

Dans le numéro d’octobre 2016 de Point de mire – La réorganisation :
– Fournir des services axés sur la personne, (page 7)

Dans le numéro d’août 2016 de Point de mire – La réorganisation :

  • En route vers un meilleur système de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle, page 3
  • Premières victoires de la réorganisation, page 5

Dans le numéro de juillet 2016 de Point de mire – La réorganisation :

  • Intégration communautaire Algoma : « Créer des conditions de vie agréables dans la collectivité », page 7

Dans le numéro de mars 2016 de Point de mire – La réorganisation :

  • Questions et réponses au sujet des ateliers protégés, page 4

Dans le numéro de décembre 2015 de Point de mire – La réorganisation :

  • Embrasser l’inclusion – Un message de la ministre Jaczek concernant les ateliers protégés, page 1

 

Transition vers l’inclusion

De nombreux organismes en Ontario, en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde ont déjà fermé les ateliers protégés, et de nombreux autres sont en voie de le faire. Intégration communautaire Huntsville et Intégration communautaire Londonpar exemple, ont déjà effectué la transition des ateliers protégés vers des solutions personnalisées. Ces organismes ont démontré qu’il est possible de faire la transition vers des options de soutien communautaires et inclusives, et d’obtenir de meilleurs résultats pour les personnes.

L’abandon progressif des ateliers protégés a pour but d’amener les personnes ayant une déficience intellectuelle à mieux s’intégrer à leurs collectivités. Nous voulons aider les personnes à participer à des activités qui les intéressent dans leurs collectivités, aux côtés de personnes ayant toutes sortes de capacités. Nous voulons que les personnes trouvent l’option qui leur convient le mieux, quelle qu’elle soit. Chaque personne est soutenue pour lui permettre de tracer une voie qui reflète ses propres besoins et objectifs.

L’emploi est une de ces options, et nous voulons que les personnes qui le choisissent obtiennent un vrai travail et qu’elles touchent un vrai salaire, selon les mêmes normes et avec les mêmes droits que tous les autres Ontariens. Mais les personnes peuvent également choisir le bénévolat, une activité récréative ou une activité communautaire, par exemple, selon leurs centres d’intérêt et leurs objectifs.

La transition n’a pas pour but d’éliminer des mesures de soutien. Aucun programme ne sera supprimé tant que des solutions de rechange n’auront pas été mises en place.

 

Programmes touchés par la transition

L’abandon des ateliers protégés a des répercussions sur tous les programmes et arrangements dans le cadre desquels des personnes ayant une déficience intellectuelle effectuent une activité de travail et sont payées en deçà du salaire minimum, ou ne sont pas payées du tout.

Les activités de travail comprennent :

  • une activité qui génère des revenus pour un organisme ou une entreprise;
  • un arrangement selon lequel la personne s’attend à être payée pour le travail effectué;
  • un travail qui, dans un contexte différent, donnerait droit à une rémunération égale ou supérieure au salaire minimum.

Cette directive s’applique indépendamment des facteurs suivants :

  • la catégorie dans laquelle l’organisme lui-même classe son programme, par exemple un atelier protégé, un emploi, de la formation ou du développement des compétences;
  • la façon dont la personne est rémunérée, par exemple sous forme de salaire, de rémunération à la pièce, de salaire à taux fixe ou d’allocation;
  • le nombre d’heures que la personne travaille, par exemple une heure ou quarante heures par semaine;
  • l’endroit où le travail est effectué, par exemple dans les locaux de l’organisme, dans une entreprise ou au sein d’une organisation sans but lucratif.

Cette directive ne s’applique pas dans les cas suivants :

  • un travail indépendant lorsque la personne est véritablement propriétaire ou associée;
  • du vrai bénévolat dans des fonctions et des contextes traditionnels, par exemple au sein d’une organisation sans but lucratif;
  • un programme de soutien de jour dans le cadre duquel aucune des activités de travail susmentionnées n’est exercée.

 

Options de soutien inclusives

Les options de soutien inclusives doivent s’inspirer d’une approche centrée sur la personne.

Cela signifie que les besoins, les objectifs, les préférences, les centres d’intérêt et les capacités de la personne doivent être au cœur de tout processus de planification. Le but visé est d’aider les personnes à mieux s’intégrer à leurs collectivités.

Voici quelques options qui permettent aux personnes de mieux s’intégrer à leurs collectivités, et quelques points importants à retenir si vous choisissez ces options.

Participation communautaire et bénévolat

Les personnes peuvent participer à toute une gamme d’activités dans la collectivité. Grâce à la participation communautaire et au bénévolat, de nombreuses personnes ayant une déficience intellectuelle réussissent à mieux s’intégrer à leur collectivité. Par ailleurs, ce genre d’activité leur permet de forger de nouvelles relations et de se créer un plus grand réseau de soutien, enrichit leur vie et améliore leurs compétences.

Voici des exemples de participation communautaire :

  • fréquenter des installations communautaires, comme une bibliothèque, un gymnase ou un centre de loisirs;
  • participer aux activités de personnes retraitées ou âgées;
  • acquérir une autonomie et des compétences nécessaires à la vie courante, comme prendre les transports en commun et utiliser les services bancaires;
  • se consacrer à ses activités et passe-temps préférés;

 

Le bénévolat aide les personnes à participer à leurs collectivités, et plus encore

Le bénévolat peut être un moyen de perfectionner des compétences, d’acquérir de l’expérience et de créer des réseaux qui pourraient mener à l’emploi rémunéré.

Une activité bénévole devrait avoir une signification particulière pour quelqu’un et toujours se faire dans le cadre de contextes et de fonctions types. Autrement dit, dans un endroit où tout autre membre de la collectivité pourrait faire du bénévolat, par exemple au sein d’une organisation sans but lucratif.

Le bénévolat ne doit pas être confondu avec un placement en milieu de travail ou un stage, et il ne peut se faire dans un contexte à but lucratif, comme dans un magasin de détail par exemple. Une personne peut choisir de faire du bénévolat pour différents motifs, mais elle doit comprendre que ce n’est pas un substitut à l’emploi.

 

Voyez comment des personnes font du bénévolat et participent à leurs collectivités

Community Living Algoma
Vidéo d’Intégration communautaire Algoma

Intégration communautaire Algoma aide les personnes à faire du bénévolat et à participer à leur collectivité.

Community Living Parry Sound
Récit d’Intégration communautaire Parry Sound

Voyez comment George s’est fait de nouveaux amis au jardin communautaire de la Première Nation de Shawanaga juste au nord de Parry Sound

Community Living Huntsville
Vidéo d’Intégration communautaire Huntsville

Voyez comment Intégration communautaire Huntsville favorise l’inclusion grâce à la participation communautaire.

Emploi

L’emploi est l’un des meilleurs moyens d’atteindre l’inclusion et le bien-être.

Un emploi n’est pas forcément un travail à temps plein. Il peut s’agir d’un travail de quelques heures par semaine, complété par d’autres activités comme le bénévolat et les loisirs.

En Amérique du Nord, la tendance consiste de plus en plus à aider les gens à trouver « un vrai travail pour un vrai salaire ». Voici quelles sont les conséquences de cette démarche :

  • Milieux communautaires intégrés : Les personnes ayant une déficience intellectuelle travaillent dans un milieu de travail ordinaire aux côtés de personnes ayant une déficience ou non.
  • Travail rémunéré : Les personnes sont payées pour travailler et elles ont droit à la même rémunération et aux mêmes avantages que les autres employés effectuant le même travail.
  • Normes salariales et industrielles : Le taux de rémunération des personnes est égal aux exigences relatives au salaire minimum (et aux autres exigences législatives), et il est également conforme aux normes pertinentes de l’industrie.

Au départ, chaque personne devrait être considérée comme étant apte à travailler.

Chaque personne peut se trouver à une étape différente du parcours vers l’emploi et nécessiter des mesures de soutien adaptées pour l’aider à se préparer à obtenir et à conserver un emploi.

C’est ce qu’on appelle le soutien de l’emploi, qui peut comprendre un éventail d’activités comme :

  • le développement de l’emploi;
  • l’exploration des carrières;
  • la préparation à l’emploi;
  • la préparation du curriculum vitæ et de l’entrevue;
  • l’encadrement permanent en cours d’emploi;
  • l’aide au maintien de l’emploi.

 

Voyez comment des personnes atteignent leurs objectifs grâce à l’emploi

Intégration communautaire London – Services de soutien de l’emploi

Voyez comment des personnes comme Mady travaillent dans la collectivité grâce à l’aide d’Intégration communautaire London

Carl's Story

L’histoire de Carl (récit + vidéo)

Lisez et regardez comment le volet Soutien de l’emploi du POSPH a aidé Carl à obtenir l’emploi auquel il aspirait depuis de nombreuses années.

Michael's Story

L’histoire de Michael (récit + vidéo)

Lisez et regardez comment Michael a contribué à la croissance des activités de la salle de cinéma de sa localité.

 

Travail indépendant

Certaines personnes ayant une déficience intellectuelle peuvent vouloir fonder leur propre entreprise.

Le personnel de l’organisme de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle peut fournir le soutien et les recommandations nécessaires pour aider la personne à réussir dans un travail indépendant. Le soutien au travail indépendant devrait avoir pour principal objectif d’habiliter la personne ayant une déficience intellectuelle à exploiter sa propre entreprise, avec du soutien et une aide continue au besoin.

Le personnel de l’organisme n’a peut-être pas en effet l’expérience du milieu des affaires requise pour aider la personne. Cela peut exiger de collaborer avec une organisation ayant de l’expérience dans le soutien aux petites entreprises.

Le soutien offert à la personne devrait l’aider à mener son projet comme une véritable entreprise, avec un plan d’affaires, les conseils de personnes expérimentées et les mesures nécessaires pour assurer la pérennité de l’entreprise.

La personne qui reçoit de l’aide est la propriétaire ou une associée de l’entreprise, et c’est elle qui prend les décisions. Ce n’est pas la même chose qu’une entreprise appartenant à un organisme, où la personne travaille dans un cadre administré et exploité par un organisme de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle.

 

Le travail indépendant peut aider les personnes à trouver leur place dans la collectivité

Voyez comment le travail indépendant a aidé Carol à réaliser ses rêves à la page 9 du numéro de juillet 2016 de Point de mire – La réorganisation.

 

Formation

Les possibilités de formation devraient être axées sur les résultats et sur le curriculum, et elles devraient être assorties d’un délai fixe. L’objectif de la formation devrait être d’aider les personnes à améliorer leurs compétences en littératie ou à acquérir des compétences précises qui leur permettront d’atteindre leurs objectifs dans le domaine du travail (ou dans un autre domaine).

Dans la mesure du possible, les personnes devraient être encouragées à suivre une formation sur des compétences précises dans un établissement d’enseignement ordinaire, comme un collège communautaire local.

La formation ne devrait pas être considérée comme une forme de soutien continu de jour. De même, si la formation peut constituer une étape clé dans la recherche d’emploi, elle ne devrait pas être considérée comme un substitut ou une solution de rechange durable à un vrai emploi.

 

Voyez comment la formation peut aider les personnes à atteindre leurs objectifs

LiveWorkPlay – Matt's Story

LiveWorkPlay – L’histoire de Matt

Découvrez comment l’aide et le stage coopératif offerts par LiveWorkPlay ont aidé Matt à obtenir un emploi à temps partiel permanent.

 

Ressources complémentaires

Voici quelques ressources supplémentaires pour vous aider, vous et les personnes que vous connaissez, à abandonner les ateliers protégés au profit de l’option qui vous convient le mieux dans la collectivité.

Personnes et familles

Lorsque vous abandonnez votre programme d’atelier protégé, assurez-vous de demander à votre organisme de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle de vous aider à planifier l’avenir et à trouver l’option qui vous convient. Vous pourriez également discuter avec d’autres personnes ayant déjà fait la transition.

Pour en savoir plus sur les programmes qui peuvent vous aider, consultez :

  • Volet Soutien de l’emploi du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH) – aide les personnes ayant une déficience intellectuelle à obtenir et à conserver un emploi, ou à avancer dans leur carrière.
  • Le POSPH et le travail – Oui, vous pouvez travailler et recevoir des prestations du POSPH. En fait, vous pouvez garder vos prestations et avoir plus d’argent. Nous pouvons vous aider.
  • Passeport – aide les adultes âgés de 18 ans ou plus ayant une déficience intellectuelle à participer à la vie communautaire. De plus, ce programme aide les fournisseurs de soins à un adulte ayant une déficience intellectuelle à bénéficier d’un répit.

Lisez également notre Foire aux questions sur les ateliers protégés pour obtenir d’autres précisions.

 

Organismes de services aux personnes ayant une déficience intellectuelle

Afin d’aider les organismes à planifier et à réussir la transition visant à abandonner les ateliers protégés, nous avons préparé deux ressources qui seront très utiles.

Premièrement, nous avons élaboré une série de considérations sur la planification. Elles s’inspirent des pratiques exemplaires d’organismes qui ont déjà terminé la transition, y compris d’organismes qui ont participé à des séances de mobilisation organisées par le ministère.

Deuxièmement, nous avons compilé une liste d’organisations en Ontario, dont de nombreux organismes qui ont déjà terminé la transition, qui pourrait être utile. Ces organisations peuvent fournir un soutien et des conseils sur l’abandon des ateliers protégés.

Ce soutien par les pairs pourrait vous être d’une aide précieuse pour faire la transition entre les ateliers protégés et des options de soutien inclusives.