Foire aux questions sur les ateliers protégés


[mcssaccordion expand= »show »] [actitle state= »close »]Pourquoi l’Ontario abandonne-t-il les ateliers protégés?[/actitle] [acbody]L’abandon progressif des ateliers protégés a pour but d’amener les personnes à mieux s’intégrer à leurs collectivités. Nous voulons aider les personnes à participer à des activités qui les intéressent dans leurs collectivités, aux côtés de personnes ayant toutes sortes de capacités.

Tout comme nous avons abandonnons des établissements pour nous tourner vers un soutien résidentiel plus inclusif pour les personnes ayant une déficience intellectuelle, nous laissons maintenant derrière les ateliers protégés traditionnels.

D’autres pays, dont le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Australie, ont entrepris d’abandonner le modèle des ateliers protégés depuis plusieurs années.

Les organismes communautaires de l’Ontario ont commencé depuis un certain temps à abandonner les ateliers protégés. Intégration communautaire Algoma, par exemple, a terminé sa transition en septembre 2015. Toutes les personnes inscrites à des ateliers protégés ont maintenant de nouvelles façons de participer à la vie de leurs collectivités. Environ vingt-cinq personnes ont trouvé un emploi dans la collectivité et sont rémunérées au salaire minimum ou plus. D’autres font du bénévolat, sont membres de clubs et d’organisations et explorent leurs collectivités.[/acbody] [actitle state= »close »] Où en est l’Ontario dans le processus d’abandon des ateliers protégés? [/actitle] [acbody]La transition visant à abandonner les ateliers protégés a commencé à la fin de 2015. En date du 30 juin 2017, environ 30 organismes avaient terminé la transition. Environ 45 autres organismes sont en voie de la terminer.

Le ministère travaille avec ces organismes pour les soutenir dans l’abandon des ateliers protégés au profit d’options de soutien communautaires et inclusives et d’emplois soumis à la concurrence. En collaboration avec Ontario Disability Employment Network (ODEN), le ministère organise à l’échelle de la province des ateliers pour connaître les pratiques exemplaires et les leçons tirées par les organismes qui ont réussi la transition visant à abandonner certains programmes comme les ateliers protégés.

Aucun programme d’ateliers protégés ne sera éliminé graduellement sans que d’autres options soient proposées aux personnes et aux membres de leur famille. Les organismes travailleront en étroite collaboration avec les particuliers et les familles pour offrir des soutiens inclusifs qui répondent le mieux à leurs besoins et à leurs préférences.
[/acbody] [actitle state= »close »] Combien de temps faudra-t-il pour que tous les ateliers protégés soient abandonnés? [/actitle] [acbody]Nous pensons que tous les organismes auront terminé leur transition le 1er janvier 2019.

C’est la date à laquelle la Loi de 2017 pour l’équité en milieu de travail et de meilleurs emplois entrera en vigueur et mettra un terme aux exemptions dans la Loi sur les normes d’emploi qui permettent actuellement aux ateliers protégés d’exercer leurs activités.

L’Examen portant sur l’évolution des milieux de travail du ministère du Travail, qui a précédé la nouvelle loi, recommande que ces exemptions dans la Loi soient éliminées. Nous appuyons entièrement cette recommandation.

Nous sommes déterminés à faire les choses correctement et à veiller à ce que la transition soit achevée d’ici la date d’entrée en vigueur du 1er janvier 2019. Nous continuerons à collaborer avec les organismes dans le cadre de cette transition vers l’abandon des ateliers protégés en faveur d’un Ontario plus inclusif, dans lequel les personnes ayant une déficience intellectuelle peuvent vivre de façon aussi autonome que possible dans leur collectivité.[/acbody] [actitle state= »close »] Qu’entendez-vous par emploi soumis à la concurrence? [/actitle] [acbody]Nous voulons que les personnes qui choisissent de travailler obtiennent un vrai travail pour un vrai salaire, c’est-à-dire qu’elles travaillent avec des personnes ayant toutes sortes de capacités dans la collectivité et qu’elles reçoivent un salaire concurrentiel.

Il s’agit de rendre nos programmes de soutien de l’emploi plus efficaces pour aider les personnes à atteindre leurs objectifs et à décrocher de véritables emplois dans la collectivité.

L’emploi soumis à la concurrence présente de nombreux avantages, notamment :

  • l’insistance sur les capacités et les atouts de la personne;
  • la promotion du développement de vastes réseaux sociaux;
  • le renforcement des lieux de travail et des collectivités;
  • l’amélioration de l’estime de soi de la personne;
  • l’accroissement de la capacité financière des personnes d’atteindre leurs objectifs personnels.

L’emploi peut être à temps plein ou non et il n’empêche pas les personnes d’examiner les autres soutiens ou options qui correspondent à leurs préférences et à leurs objectifs, comme le bénévolat, les activités récréatives et d’autres activités communautaires.
[/acbody] [actitle state= »close »] Qu’en est-il des personnes qui veulent continuer de participer à ces programmes et ne veulent pas exercer un emploi soumis à la concurrence? [/actitle] [acbody]Il n’existe pas d’approche universelle pour trouver la bonne option dans la collectivité. L’abandon des ateliers protégés n’est pas simplement une question d’emploi. C’est plutôt une question d’inclusion.

Bien que l’emploi soit l’une des options, beaucoup d’autres s’offrent aussi. Les personnes peuvent en effet choisir de s’intégrer davantage dans leur collectivité au moyen de la participation communautaire, du bénévolat et des activités récréatives.

Les organismes continueront de répondre aux besoins et aux objectifs des personnes qui ne veulent pas exercer ou sont incapables d’exercer un emploi soumis à la concurrence.
[/acbody] [actitle state= »close »] Travaillerez-vous avec d’autres parties prenantes dans ce processus de transition? [/actitle] [acbody]Le ministère consulte régulièrement les parties prenantes pour discuter de la meilleure voie à suivre pour abandonner les ateliers protégés. Les parties prenantes avec lesquelles nous avons travaillé sont les suivantes :

  • des personnes ayant une déficience intellectuelle et leurs familles;
  • des organismes qui ont déjà terminé la transition;
  • des organismes qui n’ont pas encore terminé la transition;
  • des dirigeants d’autres ressorts territoriaux qui ont déjà fait la transition;
  • le Ontario Disability Employment Network.

Le ministère du Travail a également revu la législation pertinente dans le cadre de l’Examen portant sur l’évolution des milieux de travail, qui a permis de consulter différents intervenants sur des questions liées à l’emploi et à la formation.

Nous continuerons à mobiliser nos organismes qui soutiennent les adultes ayant une déficience intellectuelle ainsi que leur famille pour assurer une transition complète vers l’abandon des ateliers protégés.
[/acbody] [/mcssaccordion]